Haïti : état des lieux après la déclaration de Donald Trump

©Time Magazine

« Haïti, Salvador et les pays Africains sont des « trous de merde », aurait déclaré le président Américain Donald Trump au bureau ovale lors d’une présentation de projet sur l’immigration par les sénateurs, le jeudi 11 janvier 2018. Depuis lors, des commentaires et des réactions ne cessent de pleuvoir des pays concernés mais aussi d’ambassades et de personnalités du monde entier.

Le ministère des Affaires étrangères d’Haïti a été la première instance du gouvernement à se prononcer sur la question. Il a fait sortir une note de presse dans laquelle le gouvernement condamne ces propos qualifiés de déplacés du premier président du monde.

Les réactions des Haïtiens d’un peu partout sur les réseaux sociaux ne se sont pas faites attendre non plus. Contrairement aux années précédentes, ce 12 janvier 2018 a été quasiment consacré aux débats sur la question, si l’on tient compte des nombreux commentaires qu’on pouvait lire dans le fil d’actualité de Facebook. Nombreux sont ceux qui étalaient les problèmes d’Haïti pour tenter de donner un sens à cette déclaration, au moment où d’autres en ont profité pour exprimer leur fierté à l’égard de leur pays en dépit de tout.

Quant au premier ministre Haïtien, Jack Guy Lafontant, sa déclaration sur la question lors d’une visite à Jérémie a laissé plus d’uns perplexes et sur leur faim : « on ne sait pas s’il a dit ça. Il (Donald Trump) a dit qu’il ne les a pas dits. Mais s’il les avait dits, ce serait regrettable».

L’ambassade d’Haïti aux États-Unis a reçu de nombreux messages de solidarité et d’excuses de milliers d’Américains.

L’ONU et d’autres instances Américaines présentes sur le sol Haïtien ont aussi présenté leurs excuses au nom du peuple Américain aux Haïtiens.

L’Haïtien est souvent le premier à dénigrer son propre pays et à faire l’éloge de pays étrangers mieux structurés. Cette déclaration insultante du président Trump saura-t-elle réveiller les consciences endormies et le patriotisme qui nous fait si souvent défaut ? C’est mon vœu en tout cas. Le mal est déjà fait. À nous de prendre notre avenir en main.

 

Régine Édouard

Ajouter un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *