Etzer vilaire, ce poète mal connu

www.ile-en-ile.org | Le poète Etzer Vilaire

Etzer Vilaire est un poète méconnu ou plutôt mal connu. C’est Jean-Claude Fignolé qui, en 1970, en a fait la révélation. Point n’est besoin de rappeler que bon nombre de nos poètes classiques, la plupart ayant étudié dans les écoles haïtiennes, sont en grande partie méconnus ou mal connus de ceux qui parlent d’eux. Qu’ils s’agissent de professeurs, élèves, historiens de la littérature ou autres. Et pour cause, ils ne lisent pas les textes. Car quand il leur paraît impossible d’expliquer ou de comprendre un extrait ou un poème de ces auteurs, le plus facile à leurs yeux est de recourir à la religion ou à la superstition. L’on se souvient de l’histoire du papillon noir posé sur le berceau de Coriolan Ardouin. Bref…

Il y a toute une légende autour de ce poète qui a fait la gloire de la ville de Jérémie au début du vingtième siècle. Qu’il fut un enfant maladif, protestant endurci, laïque à certaines heures. Chef de file de la tendance éclectique du mouvement de La Ronde, il lui est souvent reproché par la critique littéraire traditionnelle d’être anti-nationaliste, anti-patriote, pour n’avoir pas pris position contre l’occupation américaine. D’être un écrivain exotique qui n’a donné aucune place à sa patrie dans sa poésie. Du moins, c’est ce qu’on nous a appris et continue encore d’apprendre à nos chers écoliers dans les salles de classe. Que sa poésie manque de pittoresque, nous disent Pradel Pompilus et son compère Raphaël Berou. Même remarque avec Dieudonné Fardin qui dit « Le vocabulaire de Vilaire n’est pas très pittoresque, il refuse d’enrichir la langue par l’apport d’expression locale, à la manière de Durand ». Même cas de figure pour Hénock Trouillot aux yeux de qui « les poètes de la Ronde auraient créé une littérature d’évasion ». Comme si tous les écrivains devraient avoir une seule manière d’écrire. Autrement dit, les mêmes procédés d’écriture. Plus loin, il écrira qu’ « il n’y a eu aucune allusion dans son œuvre [l’œuvre de Vilaire] à l’occupation américaine ».

En effet, dans un article paru le 24 juin 2014, notre collègue Wébert Charles avait déjà porté un démenti formel. À savoir qu’il a publié à compte d’auteur un livre titré La vie solitaire pendant l’occupation américaine, lequel a été retrouvé dans les archives de son petit-fils, Etzer Vilaire Fils. Une prose poétique d’une grande beauté, écrite dans une langue savante, avec des descriptions qui rappellent les belles natures de Les rêveries du promeneur solitaire de Jean-Jacques Rousseau. Le poète évoque, non sans colère, la violence de la traite négrière et les conséquences de la colonisation, y compris l’invasion des Yankees au début du vingtième siècle.

Vilaire est un classique de la littérature d’Haïti. Enseigné dans les écoles, précisément au Secondaire, son œuvre a été longtemps indisponible sur le marché. Mis à part son recueil de poèmes Les dix hommes noirs, il a publié des œuvres de grande portée historique, politique et littéraire. Enfant, nous avions appris plein de choses pour ne pas dire plein de mythes sur les écrivains haïtiens. Tant dans les manuels que dans les cours de littérature fortuits qu’il nous arrive d’avoir au fil des années. Ce que l’on connaissait d’Etzer Vilaire, par exemple, se résumait à sa déception amoureuse qu’il a connue avec Henriette Rouzier qu’il immortalisa dans ses Pages d’amour, et à qui il fait allusion dans Les dix hommes noirs.

Écolier, l’on ne nous a jamais appris qu’en 1912, son œuvre a été couronnée par l’Académie française. D’ailleurs, que savait-on, par ces temps d’errances et d’ignorance, d’une Académie ? Ni le mot ni la chose n’étaient encore à la mode ici. Chez nous. Il a fallu l’élection de Dany Laferrière pour qu’on en parle. Poète de l’universel, de la nature humaine, Vilaire est, par la force de son écriture et le choix des thèmes qui prédominent dans sa poésie, un fin romantique. Amoureux de la nature, c’est toute la vie humaine avec tous ses soubresauts, ses coups bas et ses risques et périls. Son œuvre charrie toutes les péripéties de la vie quotidienne haïtienne de son époque. Ce n’est pas sans raison que l’historien Roger Gaillard a cru voir dans ses deux premiers recueils, l’un aux accents tristes et l’autre aux élans tragiques et fatals, le « témoin de nos malheurs ». Tant qu’il a su dire le mal de ce pays, l’angoisse qui le rongeait devant l’abandon total de la jeunesse de sa terre désespérée et désorientée, devant « l’agonie morale » de cette société qui pue l’indécence. Cette « société bloquée », mangeuse d’hommes et de femmes, qui frise l’indifférence et l’effondrement.

Dieulermesson PETIT FRERE

1 Commentaire

Ajouter un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *