11 bonnes raisons de participer à Livres en folie

Mirline Pierre animant un atelier de lecture pour enfants à la 21ème édition de Livres en folie

Livres en folie, c’est la grande messe du livre organisée chaque année à l’occasion de la fête Dieu par le journal Le Nouvelliste et la Unibank. Elle a vingt-deux ans cette année. C’est beaucoup de chemins parcourus, d’expériences partagées, de passion, d’amour et de folie pour la cause du livre. Cette cause si juste, me direz-vous ! Depuis 1995, la foire n’a pas pris une ride. Voici onze bonnes raisons de participer à cet évènement, le plus grand de tout le pays.

1-         Livres en folie, c’est une fois l’an

Chaque année, dans l’intervalle de mai à juin, la grande machine du plus vieux quotidien d’Haïti et les étoiles de la banque numéro un s’activent pour faire triompher le livre. Toute une pléiade d’activités autour des mots et des pages, les unes plus intéressantes que les autres sont conçues, en partenariat avec des maisons d’éditions et d’autres institutions culturelle. Toutes inscrites dans le cadre de la Quinzaine du livre, elles sont un prélude à la tenue de l’événement incontournable de l’année qui n’a de cesse d’attirer la foule. Rater Livres en folie, c’est comme passer Noël sur un lit d’hôpital avec tout le mal-être que cela provoque.

2-         L’invitée d’honneur

Depuis 2004, Le Nouvelliste et la Unibank mettent un écrivain à l’honneur. Ils « boostent » un créateur en particulier.  Son œuvre bénéficie d’une aura de première main. Ils sont douze écrivains qui, depuis cette date, se sont vu portés au-devant de la scène littéraire. Cette année, la palme revient à une écrivaine honorée à titre posthume : Marie Vieux-Chauvet. Femme de lettres libérée, elle a apporté une touche moderne au roman haïtien en plaçant la femme au cœur de l’action, plaidant pour une libéralisation de sa parole. C’est le choix du monologue intérieur comme on en a vu avec ou chez les tenants du Nouveau Roman au début du vingtième siècle.

3-         La Quinzaine du livre

Depuis tantôt quatre ans, un autre événement est créé autour de Livres en folie, la Quinzaine du livre. Du 9 au 29 mai, ce sont deux semaines de conférences, d’expositions, d’activités qui rassemblent le grand lectorat, les communautés scolaires et universitaires aussi bien que les bibliothèques, les centres culturels et toutes institutions comprenant l’importance de l’objet livre.

4-    Rencontre avec les invités étrangers

Depuis 2011, Livres en folie s’ouvre aux écrivains, intellectuels et universitaires étrangers. Ils sont, en tout cas, nombreux à s’intéresser à cette grande fête de la culture qui a eu le bonheur de réunir tous les Haïtiens autour de cette seule folie : le livre. Ils viennent de différents pays et apportent leur culture en même temps qu’ils s’abreuvent de tout ce qui fait notre fierté : culture, cuisine, mœurs… Christian Garcin, Shan Sa, Madison Smartt Bell, Michel Vézina, Yvan Amar, de Radio France internationale (RFI), sont quelques-unes de ces figures qui ont défilé au Parc Historique de la Canne à Sucre. Cette année, c’est au tour de Carolyn Shread, Yves Chemla, Valérie Marin La Meslée, Thomas Spear.

5-         Découverte des nouveaux titres et de nouveaux auteurs

À Livres en folie, ce ne sont pas les livres qui manquent. Ils sont de tout types, pour tous les goûts et tous les âges. C’est là qu’on découvre toutes les nouveautés. Chaque année, ils sont nombreux les (nouveaux) auteurs à prendre d’assaut l’espace pour voir se faire connaître et avoir de nouveaux lecteurs. C’est donc un espace de promotion et de valorisation de la création. Que les livres soient bons ou mauvais, vous les trouverez tous au Parc historique pour un moment d’éternité.

6-         La plus grande foire du livre de l’année

Il ne fait plus de doute que Livres en folie est le plus grand événement culturel d’Haïti, toutes catégories confondues. Il n’y a absolument aucune raison de le rater. Rien ne peut tenir lieu d’excuse. Un seul livre acheté vous suffit. C’est le plaisir de toucher l’objet-livre, de se frotter avec les écrivains, de pouvoir leur parler qui compte. Comme pour faire un clin d’œil à Phillip Delerm qui nous dit que « La première gorgée de bière est celle qui compte ». Tout le reste vient après. Rater Livres en folie, c’est rater son rendez-vous avec Dieu pour une place au paradis, ou son premier rendez-vous ou sa première nuit d’amour.

7-         Une chance de se familiariser davantage avec les livres

Au cours de cette période, la chance est donnée aux apprentis lecteurs, ceux qui font leurs premiers pas vers la découverte du livre en vue de se familiariser avec. Parce que ça peut donner l’appétit de la lecture en même temps qu’il peut l’augmenter. Le lecteur a cette possibilité d’échanger avec ses auteurs préférés (ceux qu’il a déjà lus ou compte lire).

8-         On achète, on s’amuse, on apprend

Livres en folie, c’est aussi un lieu de détente sain pour l’esprit. En plus de l’aspect commercial de la foire, cette dernière offre aussi la possibilité (aux enfants et écoliers surtout) de s’amuser tout en apprenant plein de (nouvelles) choses. Avec la mise en place des ateliers de lecture, des jeux éducatifs, les concours et autres activités à caractère didactique conçues pour leur plein épanouissement.

9-         Une panoplie d’activités autour du livre et de la culture

Livres en folie, c’est également des émissions à la radio et la télé. C’est toute une série de conférences, de débats, de causeries autour du livre, de la lecture et la culture pendant quinze jours. Les pages des journaux (Le Nouvelliste surtout) remplis d’articles qui tournent autour de ce petit objet qui contient à lui seul la clé de l’univers. C’est donc la Quinzaine du livre où le livre est présenté dans tous ses états.

10-      La fête du savoir, de l’intelligence

Célébrer le livre, c’est encore une autre façon de promouvoir le savoir, l’intelligence, donc tout ce qui touche aux activités de l’esprit. Et célébrer l’intelligence, c’est célébrer l’homme. Il n’y a pas mieux que d’investir dans l’humain si l’on veut effectivement changer sa société, son monde.

11-      Livres en folie, c’est beaucoup d’avantages à tirer

Livres en folie met le livre à la portée du grand nombre. Vous n’avez pas les moyens pour vous procurer tel titre en librairie parce votre bourse ne vous le permet pas ? Eh bien c’est bien le moment de faire le plein. Vous travaillez à plein temps et vous avez toujours souhaité rencontrer un auteur haïtien en particulier et avoir son autographe ? Vous faire prendre en photo avec tel écrivain de votre choix ? Vous faire dédicacer un de ses livres ? Participer à une émission de télé ou de radio à leurs côtés ou les voir sur le plateau ? Vous aviez toujours souhaité participer à un atelier de lecture ou d’écriture ? Livres en folie vous permet de voir tous ces rêves et bien d’autres se réaliser. Les 300 gourdes que vous avez payées à l’entrée du parc, vous les récupérez avec les coupons d’achats qui vous sont offerts (50 gourdes pour l’achat d’un livre jeunesse, 50 gourdes pour l’achat de n’importe quel titre de votre choix, 50 gourdes, une carte de recharge, une boisson gazeuse). Livres en folie, c’est aussi une banque où vous déposez votre argent pour le récupérer par la suite sous une autre forme. Côté exposants, Livres en folie, c’est l’espace idéal pour mieux écouler les stocks. Tout le monde y gagne !

Dieulermesson Petit Frère

Ajouter un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *